Index du Forum

 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Réactions à l'émission "Questions à la une"

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Discussion sur le dopage
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
admin
Site Admin


Inscrit le: 28 Mar 2005
Messages: 1068
Localisation: Bertrix-Louvainln

MessagePosté le: Lun 05 Mar 2007 11:13 am    Sujet du message: Réactions à l'émission "Questions à la une" Répondre en citant

Tous dopés ?

Marc Francaux et Thierry Zintz, Professeurs à l’Institut d’Education physique et de Réadaptation de l’UCL

Les sportifs sont tous dopés ! C’est incontestablement la thèse qu’ont voulu défendre les réalisateurs de l’émission « Question à la Une » diffusée ce mercredi 21 février 2007 sur la première chaîne de la RTBF. Sans nier l’existence du dopage dans la monde sportif, les dangers qu’il génère pour la santé des athlètes et l’atteinte à l’éthique sportive qu’il constitue, nous nous étonnons qu’une chaîne publique généralement reconnue pour son soucis de ne stigmatiser aucune catégorie de citoyens, se lance ainsi dans une généralisation simpliste et mal argumentée.


Admettrait-on en effet que la même chaîne diffuse une émission tendant à démontrer que tous les arabes sont des voleurs, tous les juifs des escrocs, tous les politiciens des pourris et tous les enseignants des paresseux. Inadmissible, tout le monde en conviendra !


Pourquoi en serait-il autrement pour les sportifs ? Le dopage existe dans le sport, c’est certain. Affirmer que tous les sportifs sont dopés, est une insulte pour celles et ceux qui trichent pas ! La dialectique développée par la RTBF dans son émission sur le dopage doit être fermement condamnée parce que la démarche intellectuelle qui la sous-tend ressemble à s’y méprendre à celle des extrémistes les plus abjects : stigmatisation et amalgame ! Elle doit l’être également parce qu’elle se départit de toute éthique au sens du respect des valeurs communes et de toute déontologie, au sens du respect des acteurs d’un secteur, celui du sport en l’occurrence.


Simpliste, avons-nous écrit, assurément cette émission en quête de sensationnalisme l’était. A un point tel qu’on peut se demander si les réalisateurs cernaient la définition même du dopage. Remettons donc les choses au point. Le dopage est basé sur l’interdiction pour les sportifs d’utiliser les produits et les méthodes répertoriées par l’agence mondiale anti-dopage (AMA) à laquelle adhèrent les états et les fédérations internationales. Ceci implique que tout ce qui n’est pas prohibé est autorisé. Durant l’émission de la RTBF, on a pu entendre « ….ce médicament ne se trouve pas sur le liste des produits interdits, mais c’est quand même très suspect…. ». Est-ce une volonté de jeter l’opprobre ou une réelle ignorance du sujet développé ?


Il n’est pas interdit aux sportifs de se soigner, ni même d’avoir recours à des substances qui améliorent leur performance pour autant que celles-ci ne soient pas reprises sur la liste des produits dopants. On s’étonnera peut-être de cette dernière affirmation. Pourtant, bien s’hydrater pendant un marathon améliore sans conteste la performance ; qui penserait mettre l’eau sur la liste des produits interdits…. ?


Il faut néanmoins une limite. Il appartient à l’AMA et à ses experts de l’établir annuellement sur base de critères éthiques et de santé. Ces critères sont des critères de bon sens puisque le principe éthique qui les sous-tend est celui de l’égalité des chances entre sportifs (au-delà de leurs qualités propres, de leur entraînement, de leur intelligence …), tandis que le principe de santé invoqué peut se résumer sous la qualification de « principe de précaution ». Les sportifs doivent s’y conformer parce qu’en signant leur licence, ils ont adhéré aux règlements qui bannissent le dopage.


On ne peut en aucun cas leur reprocher de ne pas avoir anticipé les décisions de l’AMA. C’est une notion juridique pourtant assez simple que semblent également ignorer les journalistes de la RTBF puisque dans leur réquisitoire ils disent : « ….une substance qui par la suite a été mise sur la liste des produits dopants ». On ne peut aujourd’hui reprocher à un de nos concitoyens d’avoir fumé dans un lieu public lorsque la loi interdisant cette pratique n’existait pas encore. Il en va de même en matière de dopage.


Pour donner valeur à leurs arguments, les réalisateurs de l’émission se sont entourés de « scientifiques ». L’un d’entre eux déclare : « le dopage améliore les performances de 30% ! ». Démonstration par l’absurde. Dans un institut d’éducation physique, les étudiants courent en moyenne le 100 mètres en 12 secondes. Si on fait l’hypothèse, raisonnable nous semble-t-il, qu’ils ne sont pas tous dopés, l’utilisation de produits interdits les amènerait à parcourir cette même distance en 12’’ moins 30% c’est-à-dire 8’’40. Record du monde pulvérisé ! Vous avez dit absurde ? Sans aucun doute, mais tellement sensationnel pour le grand public.


Les journalistes de la RTBF ont à ce point peu réfléchi à la portée de leur émission qu’ils ne se sont sans doute pas rendu compte qu’elle pourrait susciter chez des esprits peu critiques la tentation de recourir au dopage. En effet, entendant que tous les champions sont dopés, un jeune talentueux et aspirant à ce statut se verrait « contraint de faire comme tout le monde » et de recourir à des produits illicites. Au contraire, il convient d’expliquer aux champions en herbe qu’un programme d’entraînement intelligemment mené et médicalement bien suivi peut les aider à atteindre de très haut niveaux de performance sans hypothéquer leur capital santé par l’utilisation de produits dopants. Un suivi médical systématique et compétent ne doit pas générer la suspicion que du contraire. A ce stade, il est également essentiel de reconnaître que des efforts considérables ont été réalisés ces dernières années par les pouvoirs publics et les autorités sportives afin d’endiguer le phénomène du dopage. Certes, le chemin à parcourir reste encore long et semé d’embuches, particulièrement en matière des autorisations spéciales permettant l’utilisation de produits dopants à des fins thérapeutiques. Ces autorisations sont, à notre sens, distribuées avec beaucoup trop de laxisme et des procédures plus strictes et mieux standardisées doivent être mises en oeuvre afin de limiter les excès manifestes. Sur ce point, nous rejoignons donc l’analyse des journalistes de la RTBF.


Un point essentiel n’a cependant pas été abordé dans cette émission. Il s’agit de la problématique des réseaux de distribution et de la complicité tacite de certaines firmes pharmaceutiques. En effet, certaines substances utilisées illicitement par les sportifs, comme l’hormone de croissance par exemple, ne couvrent qu’un nombre très restreint d’indications thérapeutiques. Les sociétés pharmaceutiques possèdent toutes des départements de pharmaco-économie qui identifient très précisément les besoins du marché. Il nous paraît inimaginable que certaines firmes ne soient pas conscientes de leur surproduction au regard des besoins thérapeutiques. Elles contribuent indirectement à alimenter le marché noir par lequel les produits dopants sont écoulés. En ce sens, elle ont une responsabilité qu’elles ne peuvent pas fuir.


L’objet de la présente carte blanche n’était certainement pas de reprocher à Monsieur Defossé et à ses collaborateurs d’avoir dénoncé des pratiques illicites dans le sport. Il s’agit d’un travail journalistique essentiel dans le système démocratique que nous défendons. Mais pour qu’il soit crédible, ce dernier doit être fait avec rigueur et discernement et ne peut en aucun cas jeter gratuitement le discrédit sur les sportifs qui pratiquent honnêtement leur activité. Ils doivent au contraire être soutenus, car sans leur collaboration inconditionnelle, il ne sera plus
possible de lutter efficacement contre ce fléau qui a de tous temps gangréné les pratiques compétitives humaines.
_________________
Seba
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail MSN Messenger
admin
Site Admin


Inscrit le: 28 Mar 2005
Messages: 1068
Localisation: Bertrix-Louvainln

MessagePosté le: Lun 05 Mar 2007 11:15 am    Sujet du message: Répondre en citant

Voilà, j'ai reçu ce texte en piece jointe de la part de Mr Marc Francaux, Professeur de l'UCL (Boris doit tres bien le connaitre Wink ), voici le texte qui accompagnait le mail

Citation:
Madame, Monsieur,

Nous vous prions de bien vouloir trouver ci-joint
une réaction à l'émission « Question à la Une »
diffusée le 21 février dernier sur la première
chaîne de la RTBF et dont le sommaire abordait la
problématique du dopage. Ce texte à été soumis
sous le forme d'une « Carte blanche » au journal
Le Soir qui n'a pas souhaité la publier.
Si vous adhérez à notre analyse, n'hésitez
surtout pas à diffuser largement ce texte.
Sentez-vous également tout à fait libre de le
reproduire dans le journal d'information de votre
club ou de votre fédération. Merci cependant de nous en informer.
En vous souhaitant bonne lecture, nous vous
prions de recevoir, Madame, Monsieur,
l'expression de nos salutations distinguées.

Prof. Marc FRANCAUX
Prof Thierry Zintz
IEPR- UCL

_________________
Seba
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail MSN Messenger
zelezny
Posteur des Dieux


Inscrit le: 28 Mar 2005
Messages: 1258
Localisation: Alle

MessagePosté le: Lun 05 Mar 2007 1:27 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci pour cet article. Et naturellement, effectivement nous vient la tentation du dopage. Pensons à notre ami Alain, qui avec ses 16m 98 découvrirait un lancé à 22m07. Cool

Pour ma part, je viens d'entamer une nouvelle forme de dopage. Plus d'alcool pendant un mois et demi. Merci doc.
_________________
Accepter l'idée d'une défaite, c'est être vaincu.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
alain guillaume
Posteur des Dieux


Inscrit le: 31 Mar 2005
Messages: 1009
Localisation: Bourseigne-Vieille / Bruxelles (Forest)

MessagePosté le: Ven 09 Mar 2007 3:09 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Voici le fascicule anti-dopage 2007 de la LBFA (avec adresse des médecins responsables et formulaires en cas de nécessité [en d, dans ce texte, les noms commerciaux des médicaments interdits cette année] ) :

ftp://ftp2.faisdelathle.be/faisdelathle/20070307_antid2007.pdf



On parle un peu trop de dopage à mon goût ces temps-ci, surtout à notre niveau qui n'est pourtant pas des plus élevés.

Concernant le dopage, il y a plusieurs manières de voir.

1. Tous ce qui n'est pas interdit est autorisé. Selon moi, il est très dangereux de penser comme ça et je n'adhère pas du tout aux dérives que peuvent sous-tendre ce genre de réflexions. Si elles sont légales, elles ne me paraissent guère éthiques.
2. On ne prend rien, point final. C'est MA manière de voir. S'il m'arrive de boire un peu d'Aquarius pendant une compétition PARCE QUE J'AI SOIF !, c'est tout. Même pas un sucre, ni une boisson énergétique avant la compétition ou après un entraînement (mais j'essaie de manger équilibré, je me désaltère correctement et je mange bien si j'ai fait de gros efforts). Aucune pommade chauffante, rien ne remplace un échauffement adéquat et, parfois, prolongé. Il m'arrive, exceptionnellement, de passer un peu de pommade anti-inflamatoire le lendemain ou le surlendemain parce qu'il arrive d'aller au-delà de ses limites et que ça devient parfois nécessaire. Mais ça reste tout à fait exceptionnel ! (théoriquement, aucune des pommades anti-inflamatoires classiques n'est dopante en la passant sur la peau).

Comme quoi, on peut être champion de Belgique TC sans rien prendre et sans l'aide d'aucun médecin, sans prise de sang pour rééquilbrer par des produits x ou y les soi-disants déséquilibres que l'entrainement pourrait causer (bien que c'est parfois nécessaire, ce n'est pas toujours le cas, ce que pensent pourtant beaucoup d'athlètes à l'heure actuelle).

Un discours sur le dopage n'a pas lieu d'être chez nous ! Et je rappelle que si un seul athlète du club se fait prendre, le club sera classé comme club de dopés. J'espère que tout le monde en a conscience et qu'aucun de nous ne commettra jamais le moindre faux pas.


PS : pour ceux qui ont des problèmes de dos, de pose de pied, de genoux, au niveau du bassin, dans les cervicales, etc., je ne peux que très vivement vous conseiller, au lieu de vous foutre en l'air physiquement ou de prendre des médicaments, d'aller chez un podologue. Mes semelles orthopédiques m'ont coûté 150 € et elles m'ont vraiment changé la vie ! C'est inimaginable.


Dernière édition par alain guillaume le Dim 11 Mar 2007 7:44 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
Boris
Posteur normal


Inscrit le: 18 Avr 2006
Messages: 31
Localisation: Bertrix

MessagePosté le: Ven 09 Mar 2007 9:12 pm    Sujet du message: Répondre en citant

et oui je le connais bien d'ailleur il m'a encore fait souffrir en natation ce matin... puis Mr Zintz aussi mais lui c'est la course à pied.
Le texte que tu a poster c'est ce que Marc Fr. a écris?
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
admin
Site Admin


Inscrit le: 28 Mar 2005
Messages: 1068
Localisation: Bertrix-Louvainln

MessagePosté le: Sam 10 Mar 2007 12:04 am    Sujet du message: Répondre en citant

oui, c'est bien Marc Francaux qui l'a ecrit!
_________________
Seba
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail MSN Messenger
Dominique Delait
Posteur cosmique


Inscrit le: 08 Avr 2005
Messages: 693
Localisation: Lavacherie

MessagePosté le: Dim 11 Mar 2007 12:33 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Et Sébastien qui l'a signé! Mais c'était louche, un texte de Séba sans faute! Ou alors il était dopé Wink
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
admin
Site Admin


Inscrit le: 28 Mar 2005
Messages: 1068
Localisation: Bertrix-Louvainln

MessagePosté le: Dim 11 Mar 2007 5:35 pm    Sujet du message: Répondre en citant

alain guillaume a écrit:


Comme quoi, on peut être champion de Belgique TC sans rien prendre et sans l'aide d'aucun médecin, sans prise de sang pour rééquilbrer par des produits x ou y les soi-disants déséquilibres que l'entrainement pourrait causer (bien que c'est parfois nécessaire, ce n'est pas toujours le cas, ce que pensent pourtant beaucoup d'athlètes à l'heure actuelle).


Ca depend du type d'effort que tu dois faire, on ne peut comparer les besoins d'un lanceur, d'un sauteru, d'un sprinteur ou d'un fondeur!Un mec qui cours beaucoup par semaine (cad plus que 50km) risque d'être facilement en carence en fer, en magnésium,...La carence en fer se traduit par une anémie, accompagnée d’une réduction de la capacité physique et intellectuelle, d’une diminution de la résistance aux infections,...Une carence en magnésium amene,e.a., une fatigue persistante, des sensations de tension et de stress. Et en général, sans prise de sang, tu ne vois rien!
Avec une carence en fer par ex., en moins de 3' d'entrainements à bonne vitesse (type VMA), tu te vois fatigué, tu as une envie de stopper ton effort, voir l'entrainement complétement...Je peux te dire que vivre 15 jours comme ça, et tu perds un athlète au club! (qui serais encore motivé en voyant qu'en essayant de s'entrainer, on ne sait plus rien faire?)
Des lors, une prise de sang est nécessaire...et on peut tres bien rectifié cela sans prendre de médicaments spécifiques (là dessus je rejoins Alain): Tout repas équilibré et refléchis permet de combler nos besoins! (manque de fer -> salade des champs, foie,... en contiennent enormement!)
Même si j'avoues, j'aime bien boire un peu d'aquarius apres mes entrainements... Laughing Laughing

Personnellement, je trouve normal qu'on parle de dopage, même chez nous: Comment combettre un fléau si on n'en parle pas ou en l'ignorant?
_________________
Seba
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail MSN Messenger
alain guillaume
Posteur des Dieux


Inscrit le: 31 Mar 2005
Messages: 1009
Localisation: Bourseigne-Vieille / Bruxelles (Forest)

MessagePosté le: Dim 11 Mar 2007 7:42 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je suis d'accord avec toi. Et, finalement, c'est vrai que moi aussi je bois souvent quelque chose lors des compétitions, moins aux entraînements.

Juste une toute petite chose. Les lancers ne sont pas en marge de l'athlétisme, comme je l'entend trop souvent dire par des gens qui ne les respectent pas ou qui ne les comprennent pas. La preuve, mes entraînements sont faits, pour l'essentiel, de sprints, de bonds et de muscu et il n'y a qu'une seule séance technique avec le poids par semaine (+ le karaté qui allie vitesse et une certaine forme d'endurance).

Donc, je crois que l'ensemble des épreuves techniques où on joue sur l'explosivité engendrent des dépenses relativement proches. On remplace l'entraînement technique par un autre consacré à sa discipline de prédilection et les trois autres restent très souvent souvent communs à tout le monde. Rappelez vous l'époque de Michel où chacun faisait un truc différent mais où on s'entraînait toujours ensemble (donc dépenses probablement très proches, donc risques de carences probablement très proches).

Par conséquent, les problèmes dont tu parles ci dessus guettent autant les lanceurs que les sprinteurs, que les sauteurs...

Pour ce qui est des problèmes typiques des épreuves d'endurance, j'avoue que je ne sais pas trop. Ca, c'est pas mon domaine.

Même si je ne l'ai pas fait depuis très longtemps, je n'ai rien contre une prise de sang de contrôle annuelle, ou même tous les 6 mois ou autre. Si on en ressent le besoin et qu'il y a des signes avant-coureurs, il ne faut surtout pas hésiter. Il est sage d'écouter son corps plutôt que l'ignorer. De même, en cas de carence avérée, je ne vois pas pourquoi on n'aurait pas le droit de rééquilibrer.

Mais je connais des athlètes qui n'existent qu'à travers leurs résultats sanguins. Pour eux, on peut dire qu'ils ne tiennent que grâce au "pot belge" qu'ils consomment. Quand tu les écoutes, ils en savent plus sur les médicaments, sur leurs effets, sur les endroits où se les faire prescrire ou sur les endroits où les acheter qu'un médecin généraliste qui n'y connait pas grand chose en sport. Bien souvent ils ne savent même pas ce qu'il prennent. En fonction des individus et des cas particuliers, on est aussi à la limite de ce qui est éthique ou non. C'est ce qui me gêne, même si la plupart de ceux que je connais reste toujours en accord avec les règles (attention, je ne parle pas d'athlètes de notre province).
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
Dominique Delait
Posteur cosmique


Inscrit le: 08 Avr 2005
Messages: 693
Localisation: Lavacherie

MessagePosté le: Lun 12 Mar 2007 12:49 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Pour ma part je pense que le problème est aussi d'ordre psychologique. Après plusieurs années d'entraînement, un athlète se connaît et sait pertinemment à quoi il peut prétendre. Pour ma part, je me suis rendu compte une fois adulte que je ne pourrais jamais courir un 400m en 45". Je savais que 49" au 400m était plus ou moins ma limite, il y a mieux, mais c'est déjà très agréable d'y arriver. Il faut accepter cela. Un sauteur qui saute 2m en hauteur en éprouve un grand plaisir, c'est une belle performance qui mérite qu'on s'y arrête ... mais certains vont beaucoup plus haut.
Il faut se dire que les champions olympiques ne sont pas des gens doués, mais bien des surdoués, bien encadrés, nés dans un bon contexte, ... tous les paramètres sont proches de 100%. Cela représente une personne sur 100.000, peut-être.
Une fois qu'on a compris et accepté ses limites, on peut trouver du plaisir à son niveau : provincial, francophone, national ou plus. Mais rien ne sert de vouloir être ce qu'on n'est pas. On sait quand même qu'on triche.
Personnellement, je suis content d'avoir réalisé des performances proches de mes records personnels alors que j'avais presque 40 ans. Si j'avais été plus vite avant pour devenir victime de mes excès maintenant, je pense que ça ne me satisfairait pas du tout. Le monde actuel n'incite pas à accepter ses limites: la pub montre qu'on peut avoir toujours plus, toujours mieux, rester jeune éternellement, avoir tout sans attendre, ... L'ultra-libéralisme nous enseigne que peu importe la méthode (délocaliser, polluer, ...), seuls comptent les résultats. Je place le dopage dans la lignée de cette triste "philosophie".

Cela dit, tout le monde peut s'améliorer longtemps, ce qui est la plus grande source de satisfaction. La valorisation des records personnels est une idée que j'ai toujours défendue au club.
Il ne faut jamais se moquer de personne. Même celui qui lance 7m au poids et 12m50 au disque(comme moi) a le mérite d'essayer, de se lancer un défi, et surtout de bouger!
Evidemment toutes ces considérations tombent à l'eau si l'argent entre en jeu, si on a besoin du sport pour vivre. Je pense qu'il vaut mieux rester amateur, l'athlétisme, c'est un plus dans la vie, et un fameux plus, mais lorsque ça devient le but, les dangers sont beaucoup plus grands.

En conclusion, acceptons nos limites, tout en essayant de les repousser, et nous rencontrerons beaucoup d'épanouissement dans notre sport.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
zelezny
Posteur des Dieux


Inscrit le: 28 Mar 2005
Messages: 1258
Localisation: Alle

MessagePosté le: Lun 12 Mar 2007 3:17 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Par ailleurs, je ne pense pas que les carences arrivent si facilement. J'ai pour ma part fait du fond, et je faisais partie de ces gens qui couraient plus de 50 km / semaine, assorti d'une compétition, sans pour autant avoir eu de problèmes. Je ne pense pas d'ailleurs que John soit un patient régulier des médecins.

Les problèmes viennent souvent pour beaucoup d'athlète d'une mauvaise écoute de leur corp. Pour ma part, les carences que j'ai connues sont arrivés à des périodes de surcharge de travail et de stress pdt lesquelles j'aurais du diminuer la masse d'entraînement. Il serait réducteur de penser que seul l'entraînement nous met dans des états de fatigue et de carence.

Je suis tout à fait d'accord sur la pertinence des propos de Dominique. Bon nombre d'athlètes n'arrivent pas à déterminer leur potentiel. Alain partage également cette sagesse, l'avez-vous jamais surpris à dire qu'il espérait un jour atteindre les 18m. Non, pas encore...

Enfin, il ne faut jamais oublier que même si l'on a le potentiel, il est des mécaniques moins solide que d'autres. Wink
_________________
Accepter l'idée d'une défaite, c'est être vaincu.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Discussion sur le dopage Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2017 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
phpBB SEO | Traduction par : phpBB-fr.com