Index du Forum

 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Un peu d'histoire...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Sites liés à la technique
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
alain guillaume
Posteur des Dieux


Inscrit le: 31 Mar 2005
Messages: 1009
Localisation: Bourseigne-Vieille / Bruxelles (Forest)

MessagePosté le: Mar 10 Mai 2005 10:43 pm    Sujet du message: Un peu d'histoire... Répondre en citant

Pour information, le petit texte qui suit est extrait du site de l'OSGA.
Référence :
http://users.skynet.be/osga/d6a_histoire_athletisme_belge.html



Histoire de l'athlétisme en Belgique

Les origines

Le début de la pratique de l'athlétisme en Belgique n’est pas déterminé avec certitude. C'est au cours des années 1880 que des anglais établis à Anvers, ou étudiant au collège de Melle (près de Gand), ont introduit la pratique de ce sport chez nous. Les premières réunions n’étaient pas réglementées et ne se déroulaient pas en public.

Les compétitions se disputaient sur des terrains vagues, des plaines de manoeuvre militaires ou, exceptionnellement, sur des pelouses de vélodromes (par exemple le Zurenborg à Anvers).

Le nombre des épreuves est limité :
Les courses, l'essentiel du programme
vitesse : une ou deux longueurs de terrain
vitesse prolongée : un tour de terrain
course longue : plusieurs tours de terrain (le plus souvent dix)
Le saut en longueur
une simple ligne à la chaux était tracée sur le sol
Le lancer du poids
généralement un poids de 5 kg

Ce n’est qu’en 1888 que l'athlétisme s'implante à Bruxelles. Très vite, deux « cercles » se créent : l'Athletic et le Running. Les athlètes des deux cercles s'entraînaient sur une piste de cavaliers, dans le bois de La Cambre. Au début, les jeunes coureurs s'habillaient comme les jockeys (avec casquette et casaque multicolore) et, même, se fustigeaient les mollets avec une cravache !

En 1889, les deux sociétés fusionnent sous le nom d'Athletic and Running-Club. La même année, la première fédération est créée : la FBSCP, Fédération Belge des Sociétés de Courses à Pied. Cinq clubs y adhèrent :
1. Athletic-Club d’Anvers
2. Gantoise de Gand
3. Sport Pédestre de Bruxelles
4. Racing-Club de Bruxelles
5. Athletic and Running-Club de Bruxelles

Les premiers championnats nationaux
Dès 1889, l'Athletic and Running-Club obtient l'autorisation d'utiliser les installations du vélodrome de La Cambre (Bruxelles) et y organise les premiers championnats de Belgique. Seules deux épreuves figurent au programme : le 100 m, gagné par Léon Roy (Sport Pédestre) en 11”6, et le mile anglais, emporté par Frans Noojaar (un hollandais habitant Anvers) en 4’47”8.

En 1890, les mêmes titres sont attribués :
Le 100 m, gagné par Emile de Ré (qui deviendra l'un des plus grands sprinters de son époque) en 11”, et le mile anglais, gagné par Gustave Bergman en 5’12”.

En 1891, le 400 m plat et le 110 m haies sont ajoutés au programme des championnats.

L'UBSSA
Alors que le football prend de plus en plus d'extension et voit le nombre de ses clubs augmenter rapidement, l'athlétisme évolue peu. Depuis sa fondation, seul 3 nouveaux clubs se sont affiliés à la FBSCP, les championnats nationaux ne comptent toujours que 4 épreuves et se déroulent toujours au vélodrome de La Cambre.

En 1895, l'Union Belge des Sociétés de Sports Athlétiques est créée. Elle regroupe les sociétés pratiquant le football, l'athlétisme et la vélocipédie.
Chaque discipline était gérée par un comité propre, dépendant du comité central.

Pendant 17 ans, l'athlétisme sera une section de l'UBSSA.

La L.R.B.A.
Le 3 mars 1912, l'athlétisme reprend son autonomie, avec la naissance de la Ligue Belge d'Athlétisme. En 1929, le roi Albert en fait une société royale et offre à la ligue un challenge perpétuel, affecté au championnat interclubs de cross-country. C'est sous la présidence d'Edouard Hermès, nommé cette même année, que l'athlétisme belge prend son essor. L'action de la LRBA vise surtout à favoriser les progrès des athlètes grâce à de fréquentes rencontres avec les plus grandes vedettes étrangères.

L'évolution des performances
Les premiers records de Belgique
1894 - 110 m haies - 17"2 - Emile de Ré - Gand
1896 - 200 m - 23"0 - Léon t'Serstevens - à Bruxelles
1900 - 800 m - 2'2"0 - Louis Van Blaeren - à Bruxelles
1900 - saut en longueur - 6 m 21 - Joseph Mélon - à Bruxelles
1903 - 100 m - 11"0 - Emile de Ré
1903 - record de l'heure - 16147m - Antoine Doyen - à Bruxelles
1903 - saut en hauteur - 1 m 60 - Robert Sadoine - à Bruxelles
1904 - triple saut - 11 m 35 - Charles Robyn - à Bruxelles
1905 - saut à la perche - 2 m 85 - Marcel Nolet - à Bruxelles
1905 - lancer du poids - 11 m 24 - Henri Hubinon - à Bruxelles
1905 - Lancer du disque - 27 m 85 - Fernand Halbart - à Spa

1907 - 1500 m - 4'13"6 - Antoine Matagne
1908 - 5000 m - 16'27"4 - Fernand Kestemont
1910 - Lancer du javelot - 39 m 95 - Robert Spehl - à Bruxelles
1911 - 10000 m - 36'24"8 - François Delloye
1912 - 400 m haies - 58"8 - Paul Remouchamps
1914 - 400 m - 50" - Victor Jacquemin
1947 - lancer du marteau - 34 m 11 - Henri Haet - à Anvers
1954 - 3000 m steeple - 9'3"2 - Frans Herman

Certaines épreuves n'existent plus et les records ont disparu des tablettes fédérales :
250 m haies, sauts sans élan, lancer de grenade.


Dernière édition par alain guillaume le Mar 10 Mai 2005 11:16 pm; édité 2 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
alain guillaume
Posteur des Dieux


Inscrit le: 31 Mar 2005
Messages: 1009
Localisation: Bourseigne-Vieille / Bruxelles (Forest)

MessagePosté le: Mar 10 Mai 2005 11:05 pm    Sujet du message: Histoire de l'ACBBS Répondre en citant

Pour information, le petit texte qui suit est extrait du site de l'ACBBS
Référence :
http://home.tiscali.be/acbbs/club.htm


Histoire de l'ACBBS

Porté sur les fonts baptismaux en 1959, le club d'athlétisme de Bertrix a su rapidement se forger un nom dans le monde sportif provincial et national. Mais que de chemin parcouru depuis !

Lorsqu'en 1958, une poignée de jeunes parcourent les labourés bertrigeois en guise de défoulement, personne ne se doute que, de cette passion, va naître un club d'athlétisme. Et pourtant, l'idée prend forme, des structures se mettent en place. C'est ainsi qu'en février 1959, on assiste à la naissance de l'A.C.B (Athlétic Club Bertrix) qui compte alors dans ses rangs des adeptes du judo et du volley-ball. Ces deux disciplines vont rapidement tracer leurs voies respectives et l'A.C.B peut ainsi développer sa vocation première. L'histoire retiendra certainement les noms de Messieurs Demanet et Sprumont respectivement premier président et premier entraîneur du club. Les athlètes découvrent alors les premières compétitions et les entraînements dans les installations de l'école des Frères. Cette période coïncide avec l'organisation du 1er cross de Bertrix.

A partir de 1960, les conditions de course vont changer avec la création de la première piste provinciale à Solumont près de Virton.

En 1964, en raison des coûts financiers de plus en plus élevés, l'A.C.B et l'A.S.B.S (Association Sportive Basse-Semois) décident de fusionner sous l'appellation actuelle A.C.B.B.S. Ce rapprochement permet aux deux clubs de réunir leurs spécialités respectives: le fond et les lancers (A.C.B.S) et le sprint et le demi-fond (A.C.B). De plus l'A.C.B.S compte dans ses rangs deux véritables vedettes, les frères Nicolas. Respectivement 4ème et 5ème du championnat de Belgique de marathon, ces deux athlètes reçoivent en 1962, le prix national de l'effort sportif .

Ces deux spécialistes de fond feront trembler le grand Gaston Roelants lui-même. Un vent d'euphorie souffle alors sur le club et c'est ainsi qu'en 1965, un certain Jo Piquard pulvérise son record personnel sur 100 mètres en 11"2 en lieu et place de 11"6 et ce, sur la piste en herbe de Salzinnes. Au début des années 70, le club comptera, ni plus ni moins, 6 à 7 athlètes entre 11" et 11"4.

Evénement exceptionnel en 1968, avec l'organisation du premier cross féminin de Belgique à Liège. Quatre téméraires, G. Herman, E. Petit, M.-C. Bechoux et .... une certaine Françoise Coibion (toujours active ... au comité actuellement) prennent la balle au bond et se déplacent sur les hauteurs de la citadelle. Par la suite, l'athlétisme féminin prendra définitivement son envol et, dans les années qui suivirent, on retrouve au club des figures aussi renommées que les soeurs Collard et Cécile Clarinval.

Dans les années 70-80, l'A.C.B.B.S continue son extension et quelques figures bien connues vont éclabousser de leur classe les compétitions provinciales et nationales. Il est difficile de les citer toutes mais certains noms ressortent inévitablement :

- les soeurs Collard et C. Clarinval,

- José Istace (encore actuellement champion provincial de cross)

- J.-M. Ancion (adepte du marathon, avec un record personnel de 2h14')

- Christian Cambrai

- le marcheur Joseph Clarinval dont on se souvient des exploits à Paris-Colmar (2ème place). Il fera d'ailleurs des émules puisque, quelques années plus tard, le club comptera deux champions de Belgique de marche en la personne de Myriam Nicolas et Grégory Baquet.

- les jeunes loups de la fin des années 80 : Dominique Delait, Jean-François Sauboin, Laurent Baijot...

C'est aussi l'époque ou un groupe de comitards, sous la présidence de Gérard Dasnois, et ce pendant 18 ans, se bat pour la construction d'une piste en synthétique à Bertrix.

Et en 1992, l'événement tant attendu arrive avec l'inauguration officielle de ce merveilleux outil de travail qui va donner une impulsion formidable au club. Terminé le temps des vendredis soirs où quelques chauffeurs conduisaient les athlètes s'entraîner à Izel. Les entraînements se spécialisent, un peu plus tard le sautoir à la perche devient opérationnel, les athlètes participent aux différents championnats et découvrent l'indoor. Il devient alors nécessaire d'étoffer le groupe des entraîneurs et, aujourd'hui, pas moins de sept personnes ont en charge le développement sportif des athlètes du club. Une cellule d'entraînement voit aussi le jour à Libramont avec, à la clef, la découverte de quelques grands talents.

Et depuis cette année 92, les résultats ne se font pas attendre avec des records ou des titres de champions de Belgique pour Sylvie Denay, Sabrina Vagner, Sabine Bancu, Alain Guillaume, Antoine Petit, Jean-Philippe Piron, Aline Remacle, Christophe Collin, Jérôme Collot et Kathleen Denoncin. La progression individuelle des athlètes transcende les équipes intercercles participant aux championnats de Belgique :

- de 1993 à 1997, les filles gravissent 3 échelons (de la DIII francophone à l'élite francophone)

- de 1986 à 1998, même progression chez les garçons.

Et l'avenir de l'A.C.B.B.S ?

C'est le présent avec à la fois un comité à étoffer et une formidable équipe de bénévoles qui s'impliquent volontiers dans les tâches sportives et extrasportives.

Ce sera gérer à la fois le groupe des "élites" qui visent la performance et le groupe plus imposant des " jeunes qui pratiquent l'athlétisme parce que c'est bon pour la santé et qu'on se plaît bien aux entraînements et que l'important c'est de participer".

Mais il sera surtout important de continuer à conjuguer à tous les temps et à tous les modes la devise "Mens sana in corpore sano" (Ame saine dans un corps sain).



Pour l'ACBBS
Jacques Pierrard


Dernière édition par alain guillaume le Mar 10 Mai 2005 11:33 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
alain guillaume
Posteur des Dieux


Inscrit le: 31 Mar 2005
Messages: 1009
Localisation: Bourseigne-Vieille / Bruxelles (Forest)

MessagePosté le: Mar 10 Mai 2005 11:22 pm    Sujet du message: Histoire du lancer du poids Répondre en citant

Pour information, ce petit texte est extrait du site www.menshotput.com
Référence:
http://www.menshotput.com/eng/index2.htm (choisir preface, puis what does it mean?)



What actually does shot put mean?

From throwing stones and cannon balls to back put technique and spinnig technique

Already the Celts, who lived more than 2000 years ago in Murkatfeld in Buchberg, exercised in throwing stones and tossing cabers. We can find the roots of modern throwing competitions in Ireland and Scotland. Scottish athletes still cultivate this art of the Middle Ages in the Highland Games today. The real shot put with an iron ball was established in the Middle Ages, soldiers of the artillery replaced the stone by a cannon balls (12, 16 and 22 Pounds) in their competitions.

The first shot put competitions were recorded in the first third of the 19th century, when the Scottish Highland Games revived after a political break (1746-1831). The British amateurs could never reach their professional competitors. The famous Donald Dinnie reached ramarkable 13,89 m in 1867 and was more than 2 m ahead of the world best amateurs of those days. This Donald Dinnie (1,85 m and 100 kg) also reached 15,08 m at a special competition in Perth in 1868. He is one of the most successful all-round athletes of the 19th century.

In England amateur athletes were developing at the same time, the first competitions taking place in the 1850's (totally separate from the Highland Games) . In 1859 shot put was one of the disciplines in Queensborough, from 1860 on "World best lists of the year" were regularly recorded. "Putting the shot" had always been part of the competition program at the British amateur Championships beginning in 1866. At the inter-college competitions Oxford-Cambridge shot put had been carried out in two different styles, besides the orthodox Cambridge style also the two-handed Oxford style was requested.

After the English definition of the weight : 16 Pounds (= 7,257 kg) and the width of the rink : 7 feet (= 2,133m) in 1857, the world record of John Stone in 1868 (11,55 m) has exactly doubled today (to 23,12 m). The first official shot put result of an amateur is 10,97 m, the Englishman Hugh Williams in London, 28. May 1860. The first result above 13 m was made by George Ross with a side jump technique after Edgar Bor already reached 12,929 m at the English Championships 10 years before.

In 1887 the first 14m results were recorded, but by professionals (14,275 m by G. Davidson/USA and 14,224 m D. Ross/CAN). During the same year the Canadian George Gray and the Irishman Dennis Horgan opened a 20 year era of supremacy by the amateurs and drove the worlds best result near the 15 m mark during the 90ies. The Olympic Winner in Athina (Athens) in 1896, the American Garett, looked very limited with 11,22 m. But in Paris 1900 Richard Sheldon /USA showed a remarkable 14,10 m. George Gray was leading the world-best list 10 times by 1902 and put the shot to 14,75 m in 1898. The same result got Dennis Hogan one year later and he led the competition 8 times between 1894 and 1906, he increased the world record to 14,88 m in 1904.

The Winner of the Games in St. Louis was the American giant Ralph Rose (also called Elephant Baby because of his weight) who participated in 1904 for the first time and won the competition handsomely with a world record of 14,80 m. He also won in 1908, but had to bow in 1912 to his countryman Patrick McDonald. The world record of Ralph Rose of 15,56 m remained untouched for the next 19 years. His orthodox technique of a side jump in the middle of the rink stayed unchanged for decades.

The Winner of the Olympic Games after the war in 1920 was the Finnish athlete Villa Pörhölä, in 1924 the American Clarence Houser. The German Emil Hirschfeld succeeded in 1928 to break the barrier of 16 meter with his result of 16,04 m. During the Olympic Games in Antwerpen he could only manage Third after the American John Kuck. In 1932 in Los Angeles the Olympic Champion again was an American - Leo Sexton with 16,01 m.

Suddenly the American Jack Torrence appeared, superior in power and technique. On 5th August 1934 Torrance set a big world record of 17,40 m. It was a sport wonder. In Berlin, 1936, 80.000 visitors celebrated their Heinz Wöllke who surpassed the Finnish man Sulo Bärlund by 8 cm with his 16,20 m with his last try.

James Fuchs developed a new technique in 1949. A deeper bend before and during the glide combined with faster speed enabled him to lengthen the acceleration way of the shot and to put 4 new world records, finally at 17,95 m.

Parry O'Brien with his backshot technique was something completely new. He faced backwards to the shot direction, bent very deep before the glide and moved with a slight spin into the shot direction. With this technique, facing backwards to the shot direction, the way of the shot before the put had been enormously lengthened. This revolutionised the shot put and led to improved results. Parry, the Olympic Champion in Stockholm in 1952 with 17,41 m, and in Melbourne 1956 with 18,57 m struggled to be the first one above 20 m. He held 10 world records and was the first to pass the meter mark twice, in 1953 : 18 m and in 1956: more than 19 m.

William Nieder used this technique and passed the 20 m mark in 1960, he also won the Olympic Games of that year, second came Parry. Randy Matson (USA) pushed the world record up to 21m in 1965 and made his last record in 1967 with 21,78 m. Mexico City saw him Olympic Champion in 1968 with 20,54 m. Wladyslaw Komar from Poland surprised everyone in Munich 1972 with the Olympic best result of 21,18 m, 1 cm ahead of the American George Woods and 3 cm ahead of Hartmut Briesenick (GDR).

This lasted until the 70s when a new basic change in technique was established. The Russian Aleksandr Baryshnikov* practised a spin shot technique that additionally lengthened the way of the shot. He reached a new world record in 1976 with 22,00 m. But Olympic Champion in Montreal in 1976 was Udo Beyer (GDR) with 21,05 m, Baryshnikov only came 3rd.

The American Brian Oldfield then developed a spin technique similar to discus throwing and reached 22,86 m after he turned professional in 1973. This result in year 1975 wasn't recorded because professional competitions with starting payments didn't conform to the amateur rules of those times.

In Moskva (Moscow) in 1980 during the boycott Games Vladimir Kiselyov/UKR won with an Olympic Record of 21,35 m. In 1984 in Los Angeles Alessandro Andrei won the gold metal for Italy. In Haniá in 1988 Ulf Timmermann was the first to beat the 23 m mark with 23,06 m and in Seoul he put the current Olympic record of 22,47 m. He ranges amongst the most successful shot putters of all times with his glide technique, not to forget Hans-Peter Gies (GDR) the best glider of all times.

In 1992 in Barcelona Mike Stulce surprisingly won the competition and the favourised Swiss World Champion Werner Günthör only came fourth.

The grand master of spinning shot technique is still the American Randy Barnes, who set the indoor world record to 22,66 m, and the outdoor, current world record to 23,12 m.

During the warm up at the Olympic Games in Atlanta in 1996 Randy unfortunately got hit in the back with the shot of his strongest competitor. Despite this accident he gathered all his strength , after he was placed hopelessly only 6th after the 5th try with 20,44 m, and surpassed his American competitor with 21,62 m. John Godina only got 2nd with 20,79 m. Like 4 years ago, his competitor had another try left.

Insiders remembered the Olympic Games at Seoul in 1988 when Randy led the competition with 22,39 m and the East German Ulf Timmermann, the best technician amongst the giants, used all his huge power for the last of the 48 final shots: The shot went far and landed at 22,47 m. He caught Randy on the finish line with his Olympic record. Randy congratulated him after the loss of the gold metal with the words: Who has such nerves is worthy to win. Werner Günthör came third during this remarkable competition.

But in Atlanta nobody had the nerves to join the "Crime with the shot" and after some worrying minutes it was clear, that at the first time in the 100 years history of Olympic Shotput the gold metal went to a spinputter. With 80.000 spectators thunderously applauding Randy could finally get the desired gold metal and John Godina, the World Champion, came 2nd.

At the World Championships in 1997 John Godina got his second World Champion Title with 21,44 m. He was lucky to join the competition with a wildcard as World Champion of 1995 and according to new starting rules of the IAAF, after he missed the U.S. qualification being only 4th.

At the World Championships in Sevilla 1999 8 out of 12 finalists were spin putters and only 4 conventional gliders, this showed the future tendency of the shot put. Godina, the favourite, lost with 5 fouls and only came 7th with a poor 20,35 m. In the final the German Sven-Oliver Buder could already feel the win with 21,42 m, when the American C.J.Hunter crossed his plans. The heavy weight husband of sprint queen Marion Jones risked everything in the last try and reached 21,79 m, thanks to his massive acceleration.

In Sydney 2000 the Finnish guy Arsi Harju (also spin putter) won surprisingly with 21,29 m followed by the expected winner Adam Nelson (USA)...

*In 1976 the East German autodidact Rolf Oesterreich reached regularly 22,11 m at the county championships in Zschopau, 12th September (this result hadn't been registered for political reasons and didn't become the world record).

On 2nd September that year he put 23,10 m during his training in Zwickau in a wind channel, also with spin put technique.


The main competition rules:

weight of the shot: men: 7,26 kg

material: iron, copper or a material not lighter than copper,
minimum diameter: 110-130 mm.

arena:
consists of a putting rink of 2,135 m diameter (edge height: 1,4 - 2,6 cm) and a 10 cm high/ 1,22 +/- 1 cm wide putting beam

competition rules: number of tries: 6

at international competitions: 3 tries for qualification of the 8 best for final

the shot must be put with one hand away from the shoulder (next to the chin). It isn't permitted to throw the shot.

Touching the ground outside the rink, the edge of the rink or the surface of the beam makes the try invalid. It is allowed to touch the inner edge with the feet.

The shot has to land within the sector (34,92°).

The distance is measured from the landing point to the middle back edge of the putting beam. A put onto the boarder line is a foul.

The putter has to leave the rink between the back white lines safely upright.

In case 2 or more athletes get the same result, the result of the second best try decides about the winner.

The competitors mustn't wear gloves or tape their fingers together.

One tape or a bandaged wrist is allowed. It is also permitted to wear a belt to protect the spine. There aren't any rules from IAAF yet about using additional weights on the ankles.

Magnesium or similar substances for a better grip on the shot are fine. No liquids or substances on the rink or on the shoes are permitted.

Remark: If a putter is unhappy or not satisfied with the measured result, he is free to step intentionally over the putting beam to make his try invalid.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
alain guillaume
Posteur des Dieux


Inscrit le: 31 Mar 2005
Messages: 1009
Localisation: Bourseigne-Vieille / Bruxelles (Forest)

MessagePosté le: Mer 25 Mai 2005 9:10 pm    Sujet du message: Le plus vieux club d'athlétisme du pays Répondre en citant

Pour information, ce petit texte est extrait du site http://kaagatletiek.be
Référence:
http://kaagatletiek.be/Club/history.htm




Le plus vieux club d'athlétisme du pays...


Historiek
Door Frank De Cloet

ARAG-KAAG is met het stamnummer 1 de oudste atletiekclub van het land. De oorsprong van onze atletiekclub is de `Société Gymnastique la Gantoise`, die in 1864 het daglicht zag. Die turnvereniging smolt in 1891 samen met de `Association Athlétique`, een andere Gentse sportvereniging. De nieuwe club kreeg de naam `Association Athlétique la Gantoise` en kreeg bij het 50-jarig bestaan in 1914 de titel `Koninklijk` en wordt dus ARAG.


Olympische finale
Op de Olympische Spelen van Antwerpen in 1920 namen niet minder dan 8 atleten van `Gantoise` deel. Omer Corteyn en Omer Smet maakten er bovendien deel uit van de Belgische ploeg die in de finale 6de werd in 3`25``5. Het tot nog toe grootste wapenfeit vanBuffalo`s.


Onze club heeft in totaal 17 atleten afgevaardigd naar de Olympische Spelen ;

De Bruyne Henri
ver
1920 Antwerpen
uitgesch. 6m20

Hauman Adolphe
speer
1920 Antwerpen
42m58- uitgesch. voorronde

Blansaer Oscar
marathon
1920 Antwerpen
34ste in 3u20`0

Delaender Arthur
discus
1920 Antwerpen
uitgesch. 32m00

Proot Aime
1890
cross
1920 Antwerpen
36ste

Vyncke Armand
5000m
1920 Antwerpen
8ste in r.

Corteyn Omer
4x400m
1920 Antwerpen
3`36``8-1ste in r./6de in fin. 3`25``5

Smet Omer
13-Dec-1892/overl.
4x400m
1920 Antwerpen
3`36``8 -1ste in r./6de in fin. 3`25``5

Smet Omer
13-Dec-1892/overl.
4x100m
1920 Antwerpen
4de in r.

Smet Omer
13-Dec-1892/overl.
400m h
1920 Antwerpen
opgave r.

Corteyn Omer
400m
1920 Antwerpen
52``2 - 1ste in r./5de 1/4fin.

Vyncke Armand
3000m per ploeg
1920 Antwerpen
14de

Proot Aime
1890
10000m
1920 Antwerpen
7de in r.

Herremans Jules
1904-overl.
speer
1928 Amsterdam
56m33-18de

Langenraedt Eugène
20-Jun-07
4x400m
1928 Amsterdam
5de in r.

Langenraedt Eugène
20-Jun-07
400m
1928 Amsterdam
3de in r.

Van Rumst Oscar
7-Feb-10
5000m
1936 Berlijn
12de in r.

Van Rumst Oscar
7-Feb-10
3000m steeple
1936 Berlijn
10`05``0 - 6de in r.

Dewachtere Charles
22-Dec-27
marathon
1952 Helsinki
18de- 2u34`32

Lowagie Albert
22-Sep-29
4x400m
1952 Helsinki
3`15``8-5de in r.

Lowagie Albert
22-Sep-29
400m
1952 Helsinki
50``1-5de in r.

Janssens Daniël
2-Dec-25
1500m
1952 Helsinki
3`55``8- 7de in r.

Poté Romain
1-Dec-35
ver
1960 Rome
6m92 - uitgesch voorronde

Barra Jean-Pierre
16-May-39/1991
200m
1960 Rome
22``3-4de in r.

Poté Romain
1-Dec-35
200m
1960 Rome
22``1-4de in r.

Poté Romain
1-Dec-35
100m
1960 Rome
11``0-5de in r.

Ghesquière Régis
15-Jul-49
tienkamp
1972 München
7677-11de

Ghesquière Régis
15-Jul-49
tienkamp
1976 Montreal
Opgave




Elk decennium zijn vedetten
Régis Ghesquière is met een 11de plaats op de tienkamp van de Spelen van München 1972zonder enige twijfel onze beste atleet aller tijden, maar elk decennium had onze club wel een paar vedetten die de nationale atletiek kleur gaven. In de jaren `50 Daniël Janssens, Albert Lowagie en Charles Dewachtere, in de jaren `60 Romain Poté en Jean-Pierre Barra en in de jaren `70 Gaby De Geyter en Freddy Lucq, die in één jaar vijf keer nationaal kampioen werd. De jaren `80 stonden in het teken van hoogspringer Gerolf De Backer en van hordenloopster Christa Vandercruyssen, de eerste vrouw die zich in een tot dan toe bijna exclusieve mannenclub op de voorgrond liep. Vandaag is het de internationale meerkampster Annelies De Meester die haar taak heeft overgenomen. Op de horden zijn Stijn Vlaeminck en Frederik Van Brabander onze hoop voor de toekomst.




Van Van Rumst tot Eric De Beck
KAAG heeft ook een lange traditie in het veldlopen. In de jaren `30 nam Oscar Van Rumst niet minder dan 11 opeenvolgende keren deel aan de Landencross.Hij werd 2 keer vijfde. Ook Eric De Beck, winnaar van het WK veldlopen in Monza in 1974, liep in de blauw-witte kleuren als junior al twee keer de Landencross.





Van pleinen, terreinen en pistes
Onze atletiekgeschiedenis loopt parallel met die van het voetbal van AA Gent. De eerste terreinen lagen aan de Mussenstraat en werden onteigend voor de Wereldtentoonstelling van 1913. Daarna maakte de club gebruik van de stadsinstallaties aan de Albertlaan, tot in 1914 in Gentbrugge een stadion werd ingewijd dat vandaag nog altijd dat is van onze voetbalvrienden. De technisch moeilijke atletiek maakte het in de jaren `80 noodzakelijk om uit te wijken, nadat generaties lang op de graspiste rond het voetbalplein hadden gelopen. Op de Gentse Blaarmeersen hebben we sinds 1983 een echte thuis, waar we op een professionele manier onze atleten kunnen opvangen.

Frank De Cloet
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
alain guillaume
Posteur des Dieux


Inscrit le: 31 Mar 2005
Messages: 1009
Localisation: Bourseigne-Vieille / Bruxelles (Forest)

MessagePosté le: Mer 25 Mai 2005 9:37 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Pour information, ce petit texte est extrait du site http://www.fly.to/wendykoolhaas
Référence:
http://www.fly.to/wendykoolhaas (choisir Kogelslingeren, puis Oorsprong)



Waar komt het slingeren vandaan


Geschiedenis
Zo’n 4000 jaar geleden hielden in schotland de Pickten een taingel, de grote naarjaarsjacht. Hier deden een aantal clans (famalies)aan mee. Ze vormden in de bergen een grote cirkel en met fakkels en geschreeuw joegen ze de dieren, die binnen deze kilometers grote cirkel zaten naar een afgesloten kloof. Wanneer de dieren ingesloten waren begon de slachting. Na afloop werd met alle families tezamen de buik vol gegeten en begonnen de krachtsporten. De sterkste van elk onderdeel werden de lijfwachten of assistenten van de leider van de clan.
Er zijn zo’n 200 Highland-Games per jaar in Schotland. De meest bekende zijn de koninklijke Braemar Highland Games, waar de Britse Koninklijke Familie bij aanwezig is. Ook buiten Schotland hebben Schotten deze traditie in stand gehouden. Ook in Amerika, Canada, Nieuw Zeeland, Australië, Japan, Indonesië en diverse Afrikaanse landen worden Highland Games gehouden.
De highland-Games bestaan uit dansen en krachtsporten. De atletiekonderdelen kogelstoten en kogelslingeren zijn afgeleid van een onderdeel van de highland-Games. De krachtonderdelen bestaan uit:

Putting the ball
Steenstoten is een van schotland meest favoriete onderdelen. De stenen haalde men gebruikelijk uit de plaatselijke rivier, waar het water zorgde voor de mooie ronde vorm. Later is hier het kogelstoten uit ontstaan.

Weight for distance
Gewicht ver gooien, van oorsprong de slinger, een lederen band met een steen. Tegenwoordig een bal met een ketting. De bal weegt 12½ en 25 kg. Dit is een waarschijnlijk het meest gracieuze onderdeel waarbij het voeten werk zeer belangrijk is. Technisch gezien lijkt het op het discuswerpen, alleen het gewicht dat onze atleten wegslingeren is 10 maal zo zwaar.

Throwing the hammer
Hamerwerpen, oorspronkelijk een spel van jongens, die de hamer van de blacksmith (de smit) om het verst gooiden. Tegenwoordig gebruikt men een bamboestok waaraan een kogel is bevestigd. De walsende techniek zoals bij het kogelslingeren is niet toegestaan. De hamer weegt 7¼ en 10 kg.

Tossing the caber
Het boomstam werpen, vroeger gebruikt om bruggen te slaan, in tijd van oorlog, over kleine, snel stromende riviertjes. De boomstam is 6 meter lang en weegt 75 kg. De Caber (=boomstam) moet men een keer over de kop gooien als die dan precies recht valt is dat een perfecte worp, een zogenaamde 12 uur wijkt de paal uit naar rechts, dan zal hij als 1 of 2 uur worden aan geduid. Wijkt de paal af naar links, dan wordt hij als 10 of 11 uur aangeduid. Ook word de caber wel voor afstand gegooid, na een volle rotatie moet de punt zover mogelijk weg zijn.

Weight over the bar
Gewicht hoog gooien, vroeger was dit een touw met een haak, gebruikt om over een richel te gooien en ergens op of binnen te klimmen. Nu een gewicht over een lat gooien. Het gewicht weegt 25 kg.Soms worden hoogten van boven de 5 mtr bereikt.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
alain guillaume
Posteur des Dieux


Inscrit le: 31 Mar 2005
Messages: 1009
Localisation: Bourseigne-Vieille / Bruxelles (Forest)

MessagePosté le: Jeu 26 Mai 2005 8:56 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Pour information, ce petit texte est extrait du site http://www.rcb-ath.be/
Référence:
http://www.rcb-ath.be/Frame.asp?language=1 (choisir Histoire)


Le deuxième plus vieux club d'athlétisme de Belgique


Une Histoire de plus de 110 ans !
Le RACING CLUB DE BRUXELLES (RCB), qui réunit aujourd’hui trois sections (Athlétisme piste, Groupe Allure Libre et Triathlon), peut être qualifié de club pionnier de l’athlétisme et du sport en Belgique.

Créé par un groupe d’amis sportifs sur les hauteurs du plateau de Koekelberg en 1891, il a donc 112 ans d’existence et porte le matricule 2 de la Ligue belge d’Athlétisme.

Ses activités, qui comportaient aussi le football et le vélo à un certain moment, s’étaient déplacées en 1903 vers le Vivier d’Oie à Uccle, où football et athlétisme firent bon ménage.

Dès les premiers championnats d’athlétisme, le RCB avait compté plusieurs champions de Belgique et recordmen, parmi lesquels un certain J. Konings, qui, en 1907, réalisait déjà le temps exceptionnel pour l’époque de 11.0 sec en 100m.

A la base de la création de la "Ligue Belge d’Athlétisme" (LBA) en 1912, le Racing subit toutefois la concurrence de nouveaux clubs de la capitale (Union St Gilloise, Daring, Excelsior) ainsi que d’Anvers (Beerschot, Antwerp) dans les années 20/30 et ce n’est qu’à la fin des années 30 qu’il connut de nouveaux sommets grâce notamment à Louis Van Hoof (qui devint par la suite président) et Julien Diamant.

Mais le véritable "âge d’or" du RCB se situe entre 1947 (année de la création des interclubs) et la fin des années ’50, période pendant laquelle notre club a trusté les titres nationaux aussi bien en interclub qu’en individuel. De cette période, resteront gravés dans les mémoires, les noms de champions remarquables tels que Bourgaux, Brancart, Schwartz, Delelienne, Denis, Dayer, Verhas ou Van Zeune, et surtout, de celui qui restera à jamais le fleuron du Racing de Bruxelles : Roger Moens. Celui-ci devint recordman du monde du 800m en 1955 à Oslo (1'45"7 sur cendrée !!) et, passé entre-temps sous les couleurs de Vlierzele, fit 2ème sur le 800m des jeux de Rome en 1960.

Passé en 1953 au stade des Trois Tilleuls rénové, le Racing de Bruxelles connut encore de belles satisfactions grâce à des athlètes tels que Jacques Pennewaert ou Henri Clerckx, tous deux finalistes olympiques. Après une période 65/70 difficile, le RCB connut encore le succès grâce notamment à Anne-Marie Pira, multiple recordwoman et championne de Belgique, le regretté Jean-Pierre Borlée, son frère Jacques et plusieurs autres champions de Belgique, ce renouveau étant concrétisé en 1977 par une 3ème place aux interclubs pour hommes.

Depuis lors, aussi bien chez les hommes, que pour la section féminine créée dans la seconde moitié des années ’70, il est devenu difficile de renouer avec les heures glorieuses du passé. Le nombre de clubs s’est multiplié et la concurrence n’a donc cessé de croître. Le recrutement des jeunes s’est fait plus difficile notamment en raison de la multiplication des sports proposés aux nouvelles générations et du développement des sports-loisirs.

Symptomatique de cette évolution, s’est créé en 1986 au sein même du RCB, un Groupe Allure Libre (GAL) réunissant les coureurs attirés par les courses hors-stade. Lancé par quelques anciens membres du groupe "piste" en fin de "carrière", le GAL a progressivement pris de l’ampleur au point de réunir actuellement une petite centaine de membres cotisants et de constituer un groupe parfaitement structuré et disposant de son autonomie financière dans le cadre du RCB.

C’est au sein de ce groupe qu’est née l’idée de créer une section de Triathlon. Une première tentative en 1992 ne fut pas concrétisée du fait que Nadine Rasquin qui s’était proposée pour tenir le secrétariat fut victime d’un très grave accident alors qu’elle s’entraînait à vélo pour le triathlon. L’idée fut reprise en 1999 par Jean-Luc Demarez qui obtint le feu vert du comité du GAL en janvier 2000. C’est ainsi donc qu’est né le Racing Club de Bruxelles-Triathlon (RCB-T), qui, après trois ans d’existence s’est également doté d’une structure autonome. Il peut déjà être considéré comme un des clubs francophones les plus dynamiques, puisqu’il sera probablement 3ème cette année au classement du Challenge de régularité de la Fédération francophone de Triathlon.

Cette structure tricéphale illustre probablement un des aspects de la pratique sportive des prochaines décennies : recherche de synergies et de collaborations pour le plus grand bénéfice de ses diverses composantes.

Bon vent au Racing Club de Bruxelles du 21è siècle !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
alain guillaume
Posteur des Dieux


Inscrit le: 31 Mar 2005
Messages: 1009
Localisation: Bourseigne-Vieille / Bruxelles (Forest)

MessagePosté le: Jeu 26 Mai 2005 10:34 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Référence:
http://www.rcaspa.be/club.htm


Le troisième plus ancien club de Belgique existant encore aujourd'hui ?

Si l'on en croit sa page officielle, SPA serait le club possédant le maticule n° 3 (1902).

Royal Cercle Athlétique de Spa

MATRICULE 03 (FONDE en 1902)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Sites liés à la technique Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2017 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
phpBB SEO | Traduction par : phpBB-fr.com